Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucie GARD

poesies

Fête de nos grand-mère 01/03/2020

29 Février 2020 , Rédigé par sitedelabrousse Publié dans #Memoire, #Poésies

En hommage à ma grand-mère paternelle et marraine. Honorine PICHOT-DUCLOS 1890-1967.

En hommage à ma grand-mère paternelle et marraine. Honorine PICHOT-DUCLOS 1890-1967.

La grand-mère

Gérard de Nerval

Voici trois ans qu’est morte ma grand-mère,

La bonne femme, — et, quand on l’enterra,

Parents, amis, tout le monde pleura

D’une douleur bien vraie et bien amère.

Moi seul j’errais dans la maison, surpris

Plus que chagrin ; et, comme j’étais proche

De son cercueil,  quelqu’un me fit reproche

De voir cela sans larmes et sans cris.

Douleur bruyante est bien vite passée :

Depuis trois ans, d’autres émotions,

Des biens, des maux,  des révolutions,

Ont dans les murs sa mémoire effacée.

Moi seul j’y songe, et la pleure souvent ;

Depuis trois ans, par le temps prenant force,

Ainsi qu’un nom gravé dans une écorce,

Son souvenir se creuse plus avant !

 

(Recueil : Odelettes)

Œuvre du domaine public.

En lecture libre sur Atramenta.net

Lire la suite

Publié depuis Overblog et Facebook

9 Novembre 2013 , Rédigé par sitedelabrousse Publié dans #Poésies, #pensées...

En hommage à nos "Poilus" Dans chacune de nos famille il y en eu un ou plusieurs !

Lire la suite

La querelle des chiens et des chats, et celle des chats et des souris

9 Octobre 2013 , Rédigé par sitedelabrousse Publié dans #Poésies, #pensées...

La querelle des chiens et des chats, et celle des chats et des souris

La querelle des chiens et des chats, et celle des chats et des souris

La discorde a toujours régné dans l'univers ;

Notre monde en fournit mille exemples divers :

Chez nous cette déesse a plus d'un tributaire.

Vous serez étonnés de voir qu'à tous moments

Ils seront appointés contraire.

Outre ces quatre potentats,

Combien d'êtres de tous états

Se font une guerre éternelle !

Autrefois un logis plein de chiens et de chats,

Par cent arrêts rendus en forme solennelle,

Vit terminer tous leurs débats.

Le maître ayant réglé leurs emplois, leurs repas,

Et menacé du fouet quiconque aurait querelle,

Ces animaux vivaient entre eux comme cousins.

Cette union si douce, et presque fraternelle,

Édifiait tous les voisins.

Enfin elle cessa. Quelque plat de potage,

Quelque os, par préférence, à quelqu'un d'eux donné,

Fit que l'autre parti s'en vint tout forcené

Représenter un tel outrage.

J'ai vu des chroniqueurs attribuer le cas

Aux passe-droits qu'avait une chienne en gésine.

Quoi qu'il en soit, cet altercas

Mit en combustion la salle et la cuisine ;

Chacun se déclara pour son chat, pour son chien.

On fit un règlement dont les chats se plaignirent,

Et tout le quartier étourdirent.

Leur avocat disait qu'il fallait bel et bien

Recourir aux arrêts. En vain ils les cherchèrent.

Dans un coin où d'abord leurs agents les cachèrent,

Les souris enfin les mangèrent.

Autre procès nouveau : le peuple souriquois

En pâtit. Maint vieux chat, fin, subtil et narquois,

Et d'ailleurs en voulant à toute cette race,

Les guetta, les prit, fit main basse.

Le maître du logis ne s'en trouva que mieux.

J'en reviens à mon dire. On ne voit sous les cieux

Nul animal, nul être, aucune créature,

Qui n'ait son opposé : c'est la loi de nature.

D'en chercher la raison, ce sont soins superflus.

Dieu fit bien ce qu'il fit, et je n'en sais pas plus.

Ce que je sais, c'est qu'aux grosses paroles

On en vient sur un rien, plus des trois quarts du temps.

Humains, il vous faudrait encore à soixante ans

Renvoyer chez les barbacoles.

Cet ouvrage a été réalisé à partir des pages du site Internet "Hommage d'Afrique à Jean de la Fontaine".
Vous pouvez le visiter à cette adresse : http://www.bj.refer.org/benin_ct/tur/fontaine/fontaine.htm
Les textes sont de Jean de la Fontaine.
La gravure de couverture est de Delpech.
Les illustrations des fables sont de Alphonse et Julien Yémadjé, teinturiers à Abomey.
Vous êtes libres de distribuer cet ebook comme bon vous semble à la condition de ne pas le modifier. Donnez le à vos amis ou clients, vendez-le même si vous le voulez. La culture se doit d'être partagée par le plus grand nombre. Nous vous souhaitons bonne lecture et faites attention à la morale...
(seconde édition, janvier 2010)

Lire la suite