Le blog de Lucie GARD

Année scolaire 1931-1932.

19 Août 2011 , Rédigé par sitedelabrousse Publié dans #Archives scolaires

année 1931-1932

Une nouvelle photo de classe vient se rajouter à l'album "photo de classes" . Merci à Madame MAS qui a bien voulu me prêter cette photo pour la numériser et vous en faire profiter.

De gauche à droite

4ème rang en haut :

1-NOEL Justin d'Inserres ; 2-LAMOUROUX Jean d'Aurillac en pension chez sa tante à Drulhes ; 3-TOURLAN Denis de Lasveissieres ; 4-BEAUFORT Urbain de Combemaury ; 5-TERRAL Marie Louise  de Lescure ; 6-BLANCOT Maria de Lescure ; 7-NOEL Marguerite d'Inserres (soeur du N°1) ; 8-LAMOUROUX Julie du bourg ; 9-DELMAS Anna de Lescure (propriétaire de la photo) ; 10-LESCURE Catherine de Lasveissieres.

3ème rang :

11-TERRAL Jean de Lescure (frère du N°5) ; 12-LHERITIER Elie de Drulhes ; 13-MONDOR Pierre du Garric ; 14-BLANCOT Louis du bourg ; 15-PICHOT Eugénie d'Aurillac en pension à Drulhes ; 16-BLANCOT Marguerite du bourg (soeur du N°14) ; 17-CALDEYROUX Marie de Fonrouge ; 18-GAMEL Marguerite du bourg ; 19-LESCURE Marie de Lasveissieres (soeur du N°10) ; 20-DAUDE Sophie de Combret.

2ème rang :

21-ROUX François d'Aurillac en pension à Drulhes ; 22-BOUSSAROQUE Pierre du Bourru ; 23-DAUDE Jean de Combret (frère du N°20) ; 24-GASTAL Louis de Paris chez ses grands-parents à Lescure ; 25-BOUSSAROQUE Jean du Dat ; 26-DAUDE Géraud de Combret (frère des N°20 et 23) ; 27-COUSSAIN Marcel, fils des instituteur ; 28-FELGINE Adrien du Dat ; 29-CALDEYROUX Jean de Fonrouge (frère du N°17). 

1er rang :

30-FELGINE François du Dat (frère du N°29) ; 31-TOURLAN Pierre de La Vente ; 32- LAMOUROUX Jean du Bourg (frère du N°8) ; 33-NOEL Eugéne d'Inserres (frère des N°1 et 7) ;34- MAS Denis du bourg ; 35- DELPUECH Marguerite du Dat ; 36- DENEBOUDE Madeleine de Lescure ; 37-CALDEYROUX Marie Louise de Fonrouge (soeur des N°17 et 29) ; 38-LESCURE Elisabeth de Lasveissieres (soeur des N°10 et 19).

Les instituteurs étaient M. COUSSAIN Alexandre et Mme née SOUBAYRE Astérie.

Le chien appartenait au photographe, qui lui faisait tenir l'ardoise sur laquelle il était écrit "LABROUSSE".  

Merci à Mme MAS N°9 et Mme MONDOR N°16 qui ont reconnu avec émotion leurs ami(e)s écolier(e)s de l'époque.

 

Le Mouvement VERT.

2 Août 2011 , Rédigé par sitedelabrousse Publié dans #Poésies, pensées...

Lisez et méditez !

Le mouvement vert en 2011 versus celui des années 50...

 croquis abbé TrinLorsqu'une dame dans la soixantaine a choisi le sac en plastique pour ses produits d'épicerie la caissière lui a reproché de ne pas se mettre au "vert".
La caissière dit à la femme que la génération de la vieille femme ne comprenait tout simplement pas le mouvement environnementaliste ; que seuls les jeunes allaient payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources. La dame s'est excusée auprès d'elle et a expliqué: " Je suis désolée, nous n'avions pas le mouvement vert dans mon temps."
Alors qu'elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta :

<< Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps !>> 
La dame admit qu'à l'époque, on retournait les bouteilles d'eau, de lait, les bouteilles de Coke, de bière, de vins au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises. À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées, les bouteilles en plastique de merde on ne connaissait pas. Mais on ne connaissait pas le mouvement vert
En mon temps, on montait l'escalier : on n'avait pas d'escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait à l'épicerie aussi. On acheté en vrac. On ne prenait pas un bolide à 300 chevaux-vapeur à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux coins de rue. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement vert.

À l'époque, on lavait les couches de bébé ; on ne connaissait pas les couches jetables. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge ; pas dans une machine énergétique avalant 220 volts. On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements, et la nature nous souriait. À l'époque, on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une soeur à l'autre jusqu'à usure complète, nous avions des habits du dimanche, des habits pour l'école, des habits pour les vacances, on s'habillait bien en toute circonstance. C'est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement vert.

À l'époque, on n'avait qu'une TV (s'il y en avait une) ou une radio dans la maison ; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l'État du Montana. Dans la cuisine, on s'activait pour brasser les plats et pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts. Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait des rembourrages comme du papier journal ou de la ouate, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique. À l'époque, on utilisait du "jus-de-bras" pour tondre le gazon ; on n'avait pas de tondeuses à essence auto-propulsées. À l'époque, on travaillait fort physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de santé pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité. On a apprit un métier à 14 ans avec un CAP et un salaire à 17 ans. A l'époque l'effort n'était pas une torture. Mais, vous avez raison: on ne connaissait pas le mouvement vert.

À l'époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif ; on n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à chaque fois qu'on voulait prendre de l'eau. On remplissait les plumes-fontaine au lieu d'acheter un nouveau stylo ; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir tout simplement à chaque rasage. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement vert.

À l'époque, les gens prenaient le tramway et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l'école au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi. On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques (inventés par qui ?) indispensables aux jeunes d'aujourd'hui. Lors de nos anniversaires ou communion et confirmation nous n'avions pas de cadeaux pour un montant total de 1000 € ou plus avec tous les déchets que cela occasionne. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement vert.

A l'époque nous faisions des parties de sonnettes, mais nous ne brûlions pas des autos. etc. etc."

La dame avait raison : à son époque, on ne connaissait pas le mouvement vert. Il y avait moins d'idiots à toutes les gouvernes, mais on vivait chaque jour de la vie, dans le respect de l'environnement.". . . et sans les verts !

Alors foutez nous la paix, ce n'est pas nous qui avons instauré les pollutions, nous les subissons." Il paraît que les anciens sont démodés . . . ? "

Auteur inconnu.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog